Ahmet Ögüt, Sign Spinners / 2015
 

Chaque année, des artistes de renommée internationale sont invités à proposer une œuvre spécialement conçue pour l’événement. Les éditions précédentes ont déjà accueilli de nombreuses interventions. Tino Sehgal, présent lors de la Documenta 13, Pawel Althamer, exposé au New Museum de New York ou encore Henrik Hakansson sont quelques-uns des artistes présentés lors des dernières éditions d’artgenève.

En 2015, la fondation accueillait Ahmet Ögüt, dernier occupant du pavillon turc de la Biennale de Venise. L’artiste conceptuel a proposé d’aborder une pratique en vigueur dans le sud des Etats-Unis. Les sign spinners sont des personnes engagées par de grandes firmes dans le but d’en faire la promotion. Un bord de route, une pancarte promotionnelle, le principe est simple.

Pour son projet, Ahmet Ögüt a engagé trois performeurs qui se sont relayés. Il s'est agi pour eux de faire tourner des écrans diffusant le film de l'artiste, Sign Spinners. Dans le cadre du projet, le salaire des performeurs, du curateur et de l'artiste était identique à celui du directeur du salon, à savoir 50€ par heure. En plus de cela, les trois performeurs ont joui des mêmes privilèges que le directeur (repas, accès VIP, services de transports, etc.) pendant l'entière durée du salon. Pour finir, les dépenses quotidiennes du directeur ont été calculées et ajoutées au per diem des performeurs. L'oeuvre tendait ainsi à mettre en lumière et à réévaluer les hiérarchies salariales et sociales au sein du monde de la culture.