Christian Waldvogel, Tides of Andromeda / 2016


Tides of Andromeda est une sculpture qui explore la consistance de la forme dans le temps, la présence spatiale des influences invisibles et la continuité dans le changement.

Le Pendule qu’a installé Léon Foucault au Panthéon, à Paris, est un dispositif qui démontre la rotation de la Terre. Pendant que nous les humains, nous réorientons constamment, nous perdons, changeons de direction et d’opinions, nous adaptons, et tentons de rester concentrés, le pendule de Foucault est universellement orienté, se balançant vers un point fixe de l’Univers.

Comparable aux fondamentaux scientifiques comme la masse, la gravité, la lumière et le magnétisme qui interagissent de façon prévisible tout en tendant vers l’imprévisibilité, la sculpture pendulaire se balance régulièrement en aller-retour, traversant un espace prédéfini et dans un mouvement prévisible précis. Voyageant à travers les airs et un paysage invisible de champs magnétiques, la surface du Pendule de Waldvogel, faite de liquide magnétique, se retrouve alors constament transformée d’une manière imprévisible.